Sud Lipez et Salar d’Uyuni : Bienvenus ailleurs !

San Pedro de Atacama, 5h30 du matin, le réveil sonne !
Nous sortons du van et contemplons une dernière fois le ciel étoilé chilien.
Maurizio, l’adorable propriétaire du camping, nous conduit dans le centre-ville où le rendez-vous a été donné la veille.
Nous nous apprêtons à traverser le Sud Lipez et le Salar d’Uyuni, en Bolivie. On a vu des centaines de photos et maintenant nous y voilà. A nous de profiter du spectacle.
Découvrez le récit de notre périple et des paysages qui resteront parmi les plus beaux que nous avons contemplé jusqu’ici !

📍Conseils pratiques📍

Pour ce périple de 3 jours en 4×4, nous sommes passés par l’agence Estrella del Sur, située dans la rue principale de San Pedro de Atacama : Caracoles.
Nous avons payé 100.000 CLP par personne, tout compris.
Une nuit en refuge et une nuit dans un hôtel de sel, les repas et le transport en véhicule tout terrain.
Les prestations furent bonnes dans l’ensemble (on nuance dans l’article). 😬
On vous dépose dans la ville d’Uyuni à la fin du 3ème jour où vous pouvez ensuite continuer votre trip vers Sucre ou directement rejoindre la capitale bolivienne, La Paz.

Jour 1 : Passage en Bolivie et lagunes multicolores

Nous arrivons dans le centre-ville pile à l’heure. ⏰
Le bus nous attend déjà. Il passe ensuite par plusieurs hôtels prendre nos compagnons pour les trois prochains jours. 👩‍👩‍👦‍👦
Nous quittons San Pedro, direction la frontière Bolivienne à 4.800 mètres d’altitude.
Sur le chemin, nous observons le lever de soleil sur le majestueux Licancabur. Impressionnant ! 😮

Bon, vous avez plus ou moins une heure pour arriver à la frontière.
Et cette heure-là, croyez-nous, est déterminante pour la suite. ⚠
En effet, c’est maintenant que vous devez sélectionner les personnes avec qui vous voulez être.
Évitez à tout prix le passionné de photos qui demandera pour s’arrêter tous les 100 mètres, la coincée qui ne désserre jamais les dents, les enfants (sorry les mioches) ou encore le gars qui a l’air de tout savoir sur tout.
Ne prenez pas ce moment à la légère, il en va de la réussite de votre périple ! 😬

On observe les gens en y allant de nos petits commentaires : « T’as vu celle-la, elle a pas l’air très fun ? », « Lui m’a l’air cool nan ? Il a une bonne tête », « Papy et Mamy on va éviter non ? Quoique, ils ont l’air en forme » !
On vous passe tous les détails mais on finit par bien s’en sortir. 🍀
Deux couples de notre âge super sympathiques : l’un est monégasque et l’autre, des expatriés Français habitant au Chili et parlent donc parfaitement l’espagnol (idéal pour comprendre les explications de notre futur chauffeur, Romulo) 👍

Manon ne se remet pas du réveil et de la claque qu’on est en train de prendre avec l’altitude.
Nous sortons du bus pour faire tamponner notre passeport et monter dans les 4×4 et là, double claque. ☠
Un vent glacial vient nous fouetter le visage et on apprend qu’on va prendre le petit déjeuner dehors ensuite, il faudra faire la file au « poste frontière ».
Niveau réveil en douceur on a connu mieux !
Pourquoi nous écrivons poste frontière entre guillemets ? La réponse en photo 😉

Après 45 très très longues minutes, nous prenons possession de notre 4×4. 🚙
Nous faisons connaissance avec notre chauffeur et nous sommes d’autant plus satisfaits qu’on voit l’autre groupe déjà s’embrouiller.
Le rêve peut maintenant commencer. 😍

Laguna Bianca et Laguna Verde

Dès les premiers kilomètres passés dans la région, on se sent sur une autre planète. 🚀
Le ciel est d’un bleu immaculé, les volcans aux sommets enneigés se dressent tout autour de nous tandis que notre 4×4 se fraie un chemin, soulevant la poussière de ces pistes sablonneuses. 🌋
Nous faisons un bref passage à 5.000 mètres et descendons quelques kilomètres plus loin pour notre premier stop : Laguna Bianca !
On reste complètement bouche bée.
Le lac blanc pastel reflète en miroir les volcans noirs, le vert de la végétation et la glace au premier plan.
Quelle magie ! 🙀

Le moins que l’on puisse dire c’est que ça commence très fort ! 😍
Nous reprenons la voiture pour quelques centaines de mètres et observer la Laguna Verde.
A cette période de l’année, la couleur verte est moins intense.
Par contre, la présence du Licancabur en arrière-plan donne encore des contrastes saisissants de beauté. 🙀
Notre guide nous explique que la couleur verte de l’eau provient d’une forte concentration de cuivre dans les sédiments, elle contient également d’autres minéraux tels que du magnésium et de l’arsenic.

On apprend ensuite qu’on se dirige vers une piscine d’eau thermale pour le déjeuner !
Pardon ? Une piscine ici ? à 4.500 mètres d’altitude ? 🧐
Eh bien oui, ces eaux, chauffées par le volcan Putana forment une piscine où la plupart des tours s’arrêtent pour plonger. 🏊
Malgré la pureté de l’eau, on est un peu freinés par le nombre de personnes dans le bassin et on décide donc de se balader dans les alentours durant trente minutes.
Les paysages sont à couper le souffle. ⛰
On se pose en silence à observer pendant de longues minutes.
Ce genre d’endroits force à la contemplation, au respect, à la reconnaissance.🙏
Reconnaissant envers notre belle planète de nous donner la possibilité de regarder, de toucher et d’écouter ses merveilles.

La journée se poursuit dans la zone appelée « Sol de mañana », ou « soleil du matin ».
Cette zone à haute activité géothermique de plus ou moins 10 kilomètres carré, compte énormément de geysers, fumerolles ou encore mares de boue. 🌋
Ces paysages ressemblent à ce qu’a pu être les premiers âges de la terre lors de sa formation d’où le nom du site.
Nous nous arrêtons à un spot avec de nombreux geysers.
On en avait déjà observé quelques jours plus tôt à El Tatio mais ceux-ci sont encore dans un autre style.
Vous vous promenez (attention de ne pas glisser) au milieu de roches calcaires avec de chaque côté, des marmites de bouillons grisatres.
L’ensemble est très photogénique et le plus dur pour nous est de n’avoir personne sur la photo. 📸
Autant vous dire qu’un bon paquet sont à jeter. 😬

Laguna Colorada

La fin de journée approche et nous nous rendons à notre refuge pour la nuit. Nous déposons nos affaires en vitesse et filons avant le coucher de soleil à la Laguna Colorada.

Et là, sans vraiment s’y attendre, on observe quelque chose de tout simplement unique.
Je pense, qu’il s’agit du plus beau paysage qu’on ait jamais observé.
Un lac rouge peuplé de centaines de flamants roses, les contours salés de celui-ci donnant un cadre naturel à cette merveille.

On marche un moment et on prend de la hauteur pour un meilleur aperçu de la palette de couleurs. ❤
Ce genre de moment que vous aimeriez gravé en vidéo pour l’éternité car vous savez que vous êtes en train de vivre quelque chose de très spécial.
Le soleil commence à descendre et offre ainsi des ombres uniques ajoutant encore un peu plus de magie.🌄

Au loin, on voit un bonnet bolivien s’exciter près de notre voiture.
C’est Romulo, notre guide, qui s’emballe pour qu’on revienne ! Il doit avoir faim le coco.
Il nous apprend cependant une bonne nouvelle !
Nous reviendrons demain matin à la Laguna Colorada ! 😍
On arrive au refuge, on découvre le dortoir dans lequel nous passerons la nuit, on mange et l’ambiance est vraiment chouette avec nos compagnons de voyage.
On boit quelques verres (faites gaffe ça monte vite à la tête avec l’altitude) et on va gentiment dormir.
La nuit est froide pour tout le monde et agitée pour Manon, qui la passe aux toilettes malheureusement, toujours l’estomac en vrac après la journée passée en altitude.

Jour 2 : Émerveillement encore et toujours !

Au matin, avant de partir, on fait la connaissance de la petite fille (trooooop mignonne) des propriétaires et d’un bébé lama venu dire bonjour.

La laguna Colorada nous apparaît dès nos premiers mètres dans la voiture. 🚙
Nous y allons d’un autre côté cette fois-ci.
Le 4×4 nous arrête sur une crète et nous continuons à pied pour arriver à hauteur de la lagune.
Là, des lamas ont rejoint les flamants roses de la veille pour tremper leurs pattes dans l’eau. 😮
Ils se cotoient, ils sont si différents et pourtant il y a de la place pour tout le monde. Le moment est indescriptible. 😍
La nature est tellement puissante lorsqu’elle est aussi brute.
Nous sommes seuls avec eux. Ils nous regardent d’un drôle d’œil mais ne sont pas effrayés.
Comme s’ils savaient que l’on ne pouvaient pas leur faire de mal dans un tel endroit.
Et ils ont raison, nous sommes comme paralysés par la beauté du paysage. 🎑
Nous ne voulons plus bouger !

Romulo n’est pas de cet avis et nous continuons notre route en direction du désert de Dali. 🏜
L’endroit a trouvé son nom dû à la ressemblance de ses paysages et des arrière-plans que le peintre Salvador Dali a fait figurer dans plusieurs de ses œuvres.
Viens ensuite la Laguna Hedionda.
Un effet miroir très impressionnant, des flamants roses encore et toujours, et le silence. Quel beau bruit ! 👍

On continue notre chemin vers le Salar d’Uyuni et nous nous arrêtons dans la petite ville de Villa Alota pour casser la croute.
On mange en vitesse et on fait le tour du village avec notre petit groupe. L’ensemble est très authentique et si vous vous rendez sur la place du village vous aurez une belle vue à 360 degrés sur toute la région.

Avant d’arriver à notre hôtel de sel pour la nuit, nous faisons encore deux arrêts. Le premier est splendide et nous fait retourner en enfance. 👶
Une prairie bien verte dans cet ensemble désertique, parsemée de points d’eau et des dizaines de lamas qui viennent se ressourcer.
On marche parmi eux, en liberté et ils ne semblent pas dérangés par notre présence. Un rêve de gosse on vous dit ! 😉
Attention quand-même, quand on essaie d’approcher un petit, maman lama nous fait vite comprendre de garder nos distances ! 🤬

Dernier arrêt de la journée à Julaca. 📍
Petite ville fantôme où seules quelques âmes subsistent grâce aux touristes des tours organisés.
Une ancienne gare très photogénique reste debout, donnant à l’endroit un côté fin du monde assez sympa. 🚞
On en profite pour déguster une bière au quinoa (bof bof) dans le seul bar présent.

Le soleil se couche et on arrive à notre hôtel de sel : Hotel de Sal « Tambo Loma ».
Il existe en fait de nombreux hôtels de sel dans la région avec des prestations plus ou moins similaires.
On prend une bonne douche chaude, on mange et on ne tarde pas à s’endormir car demain, le réveil est déjà programmé à 4h30 pour un lever de soleil mythique sur le Salar d’Uyuni. ⏰🙀

Jour 3 : Le Salar d'Uyuni

BIP BIP BIP BIP BIIIIIIIP !!! Bon heureusement les sonneries de réveil sont plus joyeuses que ça à l’heure actuelle mais quand-même ! 😴
Le réveil fait très mal encore une fois.
Il est 4h30, on saute dans nos vêtements, même pas le temps de déjeuner on fera ça plus loin et HOP dans la voiture.
Il fait nuit noire et le ciel est, comme toujours, étoilé à souhait. 🌌

Après 15 minutes de voiture, on commence tout doucement à ouvrir les yeux et grand bien nous fasse.
Le spectacle peut maintenant commencer !

La boule de feu sort de son lit beaucoup plus à son aise que nous.
Chaque minute apporte son lot de couleurs sur cette étendue salée.
Le Salar d’Uyuni, le seul et l’unique, se dévoile peu à peu.
On passe du bleu de la nuit au rouge vif des premiers rayons téméraires et à peine avons-nous le temps de reprendre notre souffle, que les teintes orangées envahissent le ciel. 🌄
Plus de 10.000 kilomètres carrés et 60 milliards de tonnes de sel sous nos yeux. C’est vraiment fascinant.
Mais comment cette étendue a-t’elle pu se former ? 🤔
Romulo nous explique que c’est la disparition du lac préhistorique Tauca, il y a plus ou moins 14.000 ans qui a fait apparaître cette croûte de sel pouvant atteindre 120 mètres de profondeur à certains endroits.
A l’époque, ce lac immense (plus grand que la Suisse) isolait l’immense volcan Tunupa, comme une île au centre du lac.

C’est pas tout ça mais il commence à faire faim. 🍴
On est levés depuis deux heures maintenant et même pas un petit café pour se réveiller ! 🍶
Direction l’île Incahuasi, plus connue sous le nom de « l’île aux cactus ». C’est là qu’on prendra le petit-déjeuner. 😋
Il s’agit d’un îlot de corail, perdu au milieu de l’immensité du Salar d’Uyuni et entièrement recouvert de cactus géants. 🌵
Certains d’entre eux ont plus de 1200 ans ! 😮

Encore une fois, on est éblouis par le paysage qui nous fait face.
L’océan blanc du Salar à perte de vue et cette île, plantée là, au milieu de tout et habitée par ces cactus millénaires.
Cette région a été dessinée par les dieux, c’est pas possible ! 😍 🙀

On fait le tour de l’île, on redescend ensuite pour prendre le petit-déjeuner. 😋
Romulo nous dit qu’il doit partir en urgence car un 4×4 est resté coincé dans l’eau.
Ok Romu c’est toi qui gère. 👍
Il nous laisse donc là avec un copieux petit-déjeuner. On n’a pas à se plaindre.
Une bonne heure plus tard, il revient et nous annonce que le problème n’est pas réglé. 😑
Il s’agit en fait, de l’autre 4×4 du groupe que nous avons évité de peu lors du départ, deux jours plus tôt. 🙀
Il doit y retourner et nous « abandonne » donc sur le chemin, en plein milieu du Salar. Argumentant qu’on aura ainsi tout le temps de prendre ces fameuses photos aux perspectives amusantes, il nous laisse même son dino miniature pour les effets. 🦖🦖🦖

On s’amuse vraiment bien. 🤗
Sauf qu’après deux heures passées sous le soleil et avec la réverbération du sel, ça commence tout doucement à chauffer. Romulo nous avait dit 30 minutes et pas l’ombre d’un bonnet bolivien à l’horizon !
David et sa vision d’aigle pense apercevoir notre 4×4 au loin et après brève concertation, on décide de marcher jusqu’au point noir qui pourrait être notre chauffeur.
Après 30 minutes de marche, on y arrive enfin, l’effet d’optique nous ayant fait croire que c’était plus proche. On voit en effet, notre Romulo national bien au calme en train de se goinfrer d’empañadas… 😡🤬😡
Non mais Oh ça va pas !? On est en train de crever depuis deux heures sous le soleil et toi tu le coules douce ? Il nous trouve une excuse bidon, disant que le dépannage a pris du temps et nanana. Ce fut le gros point noir de l’excursion. On n’abandonne pas ses touristes en plein milieu du Salar pendant deux heures, alors qu’on leur a promis de revenir dans les 30 minutes.
Bref, on est toujours vivants pour vous le raconter ! 😉

On termine la matinée par deux derniers arrêts avant de rejoindre la ville d’Uyuni : un monument dédié au Paris Dakar, passé pour la première fois par le Salar en 2014 et le « fameux » cimetière de train d’Uyuni qui, selon nous, n’a pas grand intérêt.

On arrive dans le centre ville d’Uyuni vers 14h.
On boit un dernier verre et on mange un morceau avec notre groupe avant notre bus de nuit vers La paz.
Ce voyage nous laisse des étoiles plein les yeux, les paysages rencontrés ici resteront parmi les plus beaux que nous ayons vu. 😮🌋
Merci à Anaïs, Marie, Yann et David (Ok ok Romulo aussi) pour ces chouettes moments passés.
Nous espérons vous recroiser bientôt sur notre route ! 😘

💡Astuces💡

Astuce n°1 : habituez-vous à l’ALTITUDE.
On ne le dit jamais assez et surtout, il y a toujours des petits malins pour croire qu’ils sont au-dessus de ça. Pour avoir vu une fille vomir tout son diner devant nous, on peut vous dire qu’elle avait vraiment l’air au bout de sa vie. 🤢
Prenez conscience que ça peut vous arriver : arrivez quelques jours plutôt et acclimatez-vous.

Astuce n°2 : réservez votre tour en 4X4 SUR PLACE.
Pour avoir comparé avec plusieurs personnes rencontrées sur place, c’est moins cher. 🎰
Et si vous voyagez seul, c’est encore mieux : les agences vous feront une ristourne supplémentaire si vous bookez en dernière minute car elles ont besoin de remplir leur 4X4. 👍

Lorsque l’on vit dans le désert, on finit par aimer le premier cactus qui pousse
Marie-Sabine ROGER

Vous prenez la route avec nous ?

San Pedro de Atacama

2 mois en Amérique du Sud

La Paz

Comments (0)

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *